samedi 2 septembre 2017

Hand - T.des champions - Trophée des champions : Nantes trop fort pour le PSG

hebergement d'image

Nantes remporte le premier titre de la saison en battant le PSG en finale du Trophée des champions (32-26) à Rouen samedi. Les Parisiens ont buté sur une défense très agressive et surtout sur un Cyril Dumoulin en état de grâce dans les buts.Nantes s'est offert le Trophée des champions en battant le PSG en finale samedi, à Rouen (32-26). Les Nantais, incroyables en défense, peuvent largement remercier leur gardien international, Cyril Dumoulin, auteur d'une grande prestation.Dans les quinze premières minutes du match, les coéquipiers de Nikola Karabatic n'avaient marqué que quatre petits buts, pendant que Nivolas Tournat et Eduardo Gurbindo, entre autres, permettaient déjà à Nantes de prendre le large (9-4, 14e). Ne trouvant pas de solution pour contourner la défense très agressive mise en place par les hommes de Thierry Anti, les Parisiens s'agaçaient et accumulaient les penalties, les deux minutes et deux cartons jaune pour Uwe Gensheimer (7e) et le nerveux Norvégien Sander Sagusen (16e).Heureusement, Nédim Rémili (auteur d'un 7-10 sur l'ensemble de la partie) remettaient le PSG à l'endroit en permettant aux siens de revenir à deux points juste avant la mi-temps (16-18). Mais le schéma se reproduisait inéluctablement au retour des vestiaires avec toujours autant de tension en défense côté nantais et une belle efficacité en attaque (5/7 pour Claire et Nyokas, 4/7 pour Lazarov). Au contraire, des leaders parisiens comme Luka Karabatic se faisaient très discrets (3/4 sur tout le match), trop pour rattraper les Nantais.Mention spéciale pour Cyril DumoulinSi les Parisiens se sont montrés nerveux, agacés et vexés c'est aussi et surtout de la faute du gardien nantais, Cyril Dumoulin. Auteur de 20 arrêts (48%) dont 2/5 sur penaltys, le portier international montrait le chemin à ses coéquipiers et dégoutait surtout l'attaque parisienne. «D'habitude, je fais tourner les gardiens, mais là je l'ai pas senti comme ça et je crois que j'ai bien fait», confiait l'entraîneur nantais, Thierry Anti, à l'issue de la rencontre avec un sourire en coin. De l'autre côté, les huit petits arrêts de Thierry Omeyer (27%) et le seul de Rodrigo Corrales étaient vite éclipsés.
L'Equipe.fr
http://www.lequipe.fr/

dimanche 19 mars 2017

Equipe de France : Omeyer et Narcisse vers la sortie

Deux des piliers de l'équipe de France de handball, le gardien de but Thierry Omeyer et l'arrière Daniel Narcisse, ont décidé de mettre fin à leur carrière internationale, a affirmé dimanche France 2 dans son émission Stade 2. La Fédération française de handball (FFHB) a annoncé une conférence de presse mardi à Paris en présence de membres de l'équipe de France, mais, interrogée par l'AFP, elle n'a pas voulu confirmer le lien avec la retraite d'Omeyer et Narcisse. Omeyer, 40 ans, et Narcisse, 37 ans, tous deux joueurs du Paris SG, possèdent l'un des plus beaux palmarès du sport français: 2 titres olympiques, 4 mondiaux et trois européens
http://sport24.lefigaro.fr/handball

samedi 28 janvier 2017

Mondial de handball: Et dire que la Norvège ne s'était même pas qualifiée pour la compétition...

hebergement d'image
C’est quand même dingue, parfois, le sport. On n’y avait pas prêté attention lorsque la France l’a rencontré lors de la phase de poule, il y a deux semaines à Nantes, mais puisqu’on a droit à des retrouvailles en finale, dimanche, il est temps de le rappeler : la Norvège est une sacrée miraculée. En fait, elle n’aurait même pas dû participer à ce Mondial, à l'origine.
Eh oui. En juin dernier, lors du tournoi qualificatif européen, les Norvégiens ont été battus par la Slovénie (défaite 24-18 à l’aller, victoire 29-27 au retour >> élimination au goal-average). Une grosse surprise, quand même, à peine cinq mois après leur belle quatrième place lors de l’Euro en Pologne. Mais ils ont pu compter sur un coup de pouce de la Fédération internationale de handball, qui a décidé de leur délivrer une invitation.
Le moins qu’on puisse dire, c’est que Sander Sagosen et ses coéquipiers ont su en profiter. Après avoir bien bousculé les Experts et pris la deuxième place de la poule A, ils ont sorti la Macédoine, la Hongrie puis la Croatie et vont disputer leur première finale internationale. Mais leur folle aventure va s’arrêter là, hein ?
http://www.20minutes.fr/dossier/norvege